« Mai Thu, écho d’un Vietnam rêvé » aux musée des Ursulines de Mâcon

Au cœur d’un ancien couvent, le musée des Ursulines de Mâcon accueille jusqu’au 24 octobre 2021 une exposition dédié à un peintre vietnamien peu connu : Mai Thu. On vous fait visiter !

Mai Thu (1906-1980) est un artiste qui a travaillé toute sa vie entre la France et le Vietnam. Bien qu’il soit au Vietnam considéré comme l’un des pionniers de l’art moderne, son travail reste méconnu en France. Le musée des Ursulines de Mâcon, en collaboration avec le musée Cernuschi, se donne pour objectif de faire redécouvrir Mai Thu au public français. Ce sont plus de 140 œuvres, la plupart jamais exposées au public, qui sont disposées dans les salles du musée. « Mai Thu, échos d’un Vietnam rêvé » est même la première rétrospective consacrée à l’artiste !

Musée des Ursulines de Mâcon © E. Gatheron, Ville de Mâcon

Un Vietnamien à Paris

Né au Nord du Vietnam en 1906, Mai Thu étudie dans un lycée français avant d’être admis en 1925 à l’Ecole des Beaux-Arts de Hanoï. Il fait même partie de la toute première promotion de diplômés ! Il enseigne ensuite le dessin dans un lycée. En 1937, il arrive en France à l’occasion de l’Exposition Internationale des Arts décoratifs de 1937. Les années suivantes, il se fait connaître en tant que peintre au Salon des Indépendants et au salon d’Automne. Loin de se limiter seulement à la peinture, Mai Thu gagne également sa vie en jouant du doc-huyen, un instrument monocorde traditionnel du Vietnam. Ses premières œuvres sont très académiques, on voit qu’il maîtrise bien la technique du dessin, cependant on ne distingue pas encore son style caractéristique.

Mai-Thu, Jeune Fille au chapeau conique et à la tunique verte, 1937, pastel, sanguine et rehauts de craie blanche sur papier, H. 58 cm ; l. 48 cm, coll. particulière © musée des Ursulines

Le temps de la guerre

               Au fait, pourquoi avoir organisé cette exposition à Mâcon précisément ? Aux premières heures de la seconde guerre mondiale, Mai Thu s’engage volontairement dans l’armée française. C’est à ce moment qu’il est envoyé à Mâcon en Bourgogne où il décide de passer deux ans. Il peint de nombreux portraits de la société mâconnaise de l’époque. De cette période de sa vie, on conserve dessins d’enfants et portraits féminins sur soie, tous d’un très grand raffinement. C’est à partir de son séjour en Bourgogne qu’il développe son style si particulier aux figures élancées. On reconnaît d’ailleurs les portraits de Mai Thu aux beaux yeux en amande et à la douceur du trait !

Mai Thu peintre, musicien … et acteur !

A partir de 1944, Mai Thu se réinstalle à Paris. Il connaît alors une relative célébrité puisqu’il est exposé dans différentes galeries parisiennes. En plus de la peinture et de la musique, Mai Thu décide de s’intéresser au cinéma ! Il se consacre à des films documentaires et devient même acteur. Parmi les films réalisés,  l’un d’eux s’intéresse à la technique de la peinture sur soie. En effet, si l’artiste s’est essayé à différents médiums au cours de sa vie, ses peintures sont désormais toutes sur soie. Les images présentent une fusion des peintures occidentales et extrême-orientales.  Ses thèmes de prédilection ? Les enfants et les scènes de maternité. Il collabore d’ailleurs avec l’UNICEF entre 1960 et 1965 et réalise des cartes postales pour venir en aide aux enfants qui vivent dans la pauvreté.

Mai Thu (1906-1980). « Baignade ». Couleurs sur soie et cadre en bois laqué et doré. 1962. Paris, musée Cernuschi.

L’artiste meurt en 1980 laissant derrière lui de nombreuses œuvres, dont certaines ont été offertes au musée Cernuschi. Cette exposition, par son lieu, fait une belle référence à la vie de l’artiste. Elle nous permet de découvrir dans un joli écrin le peintre, le musicien, l’acteur et le réalisateur qu’était Mai Thu. Si vous passez dans la région de Mâcon, on vous recommande cette rétrospective !

En savoir plus :

  • Quelques informations pratiques sur l’exposition
  • Le catalogue raisonné de Mai Thu en ligne ici.

Image de couverture : Mai Thu (1906-1980). « Baignade ». Couleurs sur soie et cadre en bois laqué et doré. 1962. Paris, musée Cernuschi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s