Symboles chinois : le poisson rouge, la carpe et le dragon

Si l’on vous dit premier avril, vous nous dites ? Poisson, évidemment ! Pour ce début de mois, Tokonoma vous fait plonger dans la culture chinoise afin de découvrir la symbolique cachée derrière le poisson.

De riches jeux de mots

En Chine, beaucoup de symboles tirent leur signification du fait qu’ils sont homonymes de mots de bon augure. Par exemple, la chauve-souris (蝠 ) représente le bonheur (福 ) parce que tous deux se prononcent 福 ! Le poisson lui se dit 鱼, tout comme la richesse 裕 yù. Ainsi, le poisson est souvent représenté pour désigner la richesse. On le retrouve dans de nombreuses estampes populaires. Lors du nouvel an, on mange même du poisson pour s’attirer la prospérité !

Poisson sculpté, Chine, dynastie Shang (1600 – 1050 av. J.-C.), XIIe siècle av. J.-C., néphrite. New York, Metropolitan Museum. Image libre de droits.

Plus on est de fous…

Vase bouteille en forme d’une de paire de poissons, Jiangxi, Chine, dynastie Qing (1648-1911), XVIIIe siècle, porcelaine de Jingdezhen. New York, Metropolitan Museum. Image libre de droits.

Lorsqu’on représente un poisson en Chine, il est rarement seul. Mais surtout, chaque association a une signification : il peut-être mis en scène en paire, avec un enfant, un lotus, ou encore une bourse … La représentation en paire est la plus courante et vient d’Inde. Les deux poissons représentaient à l’orgine les deux rivières indiennes de la Ganga et la Yamuna. C’est aussi l’un des huit symboles bouddhistes, ashtamangala, associé à la fertilité et à la libération des souffrances. Ces huit signes auspicieux sont le parasol, le couple de poissons, la conque, l’urne aux trésors, le lotus, le nœud éternel, la bannière et la roue. Chacun de ces signes illustre l’un des aspects de la vie du bouddha autant que l’un des éléments nécessaires pour atteindre l’Eveil.

Petit poisson deviendra grand

Un article sur les poissons ne serait pas complet sans parler du plus célèbre poisson chinois : la carpe ! En effet, celle-ci est capable de remonter le courant des rivières, elle est donc assimilée à la persévérance. Selon la légende, les carpes capables de remonter le fleuve jaune jusqu’aux cascade de Longmen et parvenant à sauter au-dessus de ces cascades se transformeraient en dragon. La carpe devenue dragon est ainsi une métaphore du lettré qui grâce à sa persévérance réussit les concours mandarinaux. D’ailleurs, pour les amateurs de Pokémon, une carpe qui en évoluant se transforme en dragon, ça ne vous rappelle rien ?

En somme, le poisson est un motif auspicieux. C’est l’assurance de s’attirer la richesse, la fécondité et le bonheur et c’est aussi un moyen de le souhaiter à autrui ! C’est pourquoi les poissons a envahi toutes sortes de mediums artistiques, tels que la porcelaine, le jade, la peinture, la broderie ou encore les cerfs volants …

Pour aller plus loin :

  • Chavannes Édouard, De l’expression des vœux dans l’art populaire chinois, translated and annotated by Elaine Spaulding Atwood as Five Happinesses: Symbolism in Chinese Popular Art, New York, Weatherhill, 1973.

Image de couverture : Zhou Dongqing, Le plaisir des poissons, Chine, dynastie Yuan (1279-1368), 1291, encre et peinture sur soie. New York, Metropolitan Museum. Image libre de droits.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s