Découverte de la collection Stein à la British Library

Dans le cadre de notre partenariat avec l’AFAO, Tokonoma vous propose un compte-rendu de la conférence donnée le 17 janvier 2022 par Mélodie Doumy dédiée à la collection de documents issues des expéditions de Sir Aurel Stein au Turkestan chinois au début du XXe siècle, conservée à Londres à la British Library. Mélodie Doumy est conservatrice en charge du fonds chinois de la collection Stein au sein de cette institution.

Aurel Stein : explorateur, archéologue, linguiste…

Sir Marc Aurel Stein, 1909. Photographie libre de droit.

Sir Marc Aurel Stein naît en 1862 à Budapest et décède à Kaboul en 1943. Il effectue ses études à Vienne puis en Allemagne où il obtient un doctorat en philologie sanskrite avant d’obtenir un poste à l’Université du Pendjab, à Lahore. Explorateur, géographe, archéologue ou encore linguiste, Stein étonne par l’étendue de ses compétences et sa curiosité sans bornes ! Ses travaux ont essentiellement porté sur l’Asie centrale ; il a notamment pris part à quatre expéditions dans l’ancien Turkestan chinois. Les publications relatant ces expéditions rejoignent une longue liste d’autres expéditions documentées ayant eu lieu au Cachemire, en Iran, au Baluchistan ou encore dans la vallée du Swat au Pakistan.

Le fonds en chiffres

Plus de 45 000 manuscrits et documents imprimés sur papier, bois et autres composent le fonds Stein de la British Library. Le chinois (20 000 !) y est majoritaire, suivit du tibétain puis du sanskrit. Le reste est composé de documents en tangout, khotanais, kouchéen, sogdien, ouighour, turc, mongol et la liste n’est pas exhaustive ! Encore faut-il garder en tête que certains documents peuvent être bilingues, voire trilingues… Outre des documents textuels, le fonds comprend également quelques peintures sur chanvre et papier, des fragments textiles, des pinceaux à colle, des enveloppes de sutras ainsi que des négatifs photographiques et plaque de projection issus des voyages de Stein.

Copie du Sutra du Diamant en khotanais, Chine, province du Xinjiang ou Gansu, IXe – Xe siècle, encre et couleurs sur papier, Londres, British Library (IOL Khot 75/1). photographie libre de droits.
Lankavatara Sutra bilingue en chinois, traduit en tibétain en rouge, Gansu, IXe-Xe siècle, encre et couleurs sur feuillets pliés en accordéon, Londres, Brithish Library (Or.8210/S.5603). Photographie libre de droits.

Au sein de cet ensemble, la masse d’objets provenant de la grotte scellée n°17 des grottes de Mogao impressionne, témoignage de la lutte exploratrice entre Stein et le français Paul Pelliot pour la récupération et l’étude de ce trésor caché durant 1000 ans. Ils représentent près de 14000 documents pour le fonds chinois et 3000 documents pour le fonds tibétain. Le reste des documents provient d’autres sites le long de la Route de la Soie comme Miran ou Khara Koto.

Sir Marc-Aurel Stein, Vue de la grotte n°16 où sont visibles quelques rouleaux issus de la grotte n°17 accessible par la droite. Photographie libre de droits.

La nature des objets

L’écrasante majorité des fonds est donc composée de documents manuscrits ou imprimés. Beaucoup sont de nature bouddhique. On ne compte plus le nombre de commentaires, de manuels tantriques, ou encore de copies du de sūtra. Toutefois l’une des raretés au sein de cette collection se présente sous la forme d’un frontispice imprimé illustrant une scène bouddhique. Celui présentant le prêche du Bouddha au moine Subhuti porte une date se rapportant à l’an 868 : c’est le plus ancien frontispice imprimé ! Il est aussi étonnant de constater la présence de manuscrits en sanskrit, écrits sur des feuilles de palmes endémiques en Inde, des manuscrits qui ont donc voyagé jusque dans l’ouest chinois, sans doute via le Tibet au moment de l’occupation tibétaine de Dunhuang et la région environnante entre 781-848.

Frontispice du Sutra du Diamant illustrant le prêche du Bouddha Shakyamuni auprès du moine Subhuti, Chine, Dunhuang, (province du Gansu), 11 mai 868, encre imprimée sur papier, Londres, British Library (Or.8210/P.2). photographies libres de droits.

Mais la diversité des sujets abordés par les objets et documents du fonds est phénoménale : droit, médecine, astronomie, histoire, littérature ou bien sûr art, à l’instar du frontispice, il y en a pour tous les goûts ! La British Library conserve en effet une partie des Annales tibétaines, un des documents les plus anciens connus relatant l’histoire de l’empire tibétain. Les événements y sont enregistrés année par année. La moxibustion, traitement médical chinois dont le principe revient à brûler des végétaux sur la peau du malade, est à l’honneur dans un manuscrit illustré d’un schéma anatomique daté du VIIe-Xe siècle. Enfin, des poncifs ont été retrouvés parmi tous ces documents. Ils permettaient aux artistes peintres dans les grottes de pouvoir peindre les murs en reportant des motifs préexistant via un système de papier troué.

Détail d’un rouleau traitant des Méthodes de moxibustion, Chine, Gansu, VIIIe-Xe siècle, encre sur papier, Londres, British Library (Or.8210/S.6168). Photographie libre de droits.

Le fonds Stein de la British Library est d’une importance capitale pour saisir la complexité des relations interethniques, religieuses et diplomatiques dans cette région du Grand Ouest chinois. Nombre de ces documents sont des témoignages de la vie quotidienne, allant de la dangereuse vie de marchand sur les routes à la vente d’esclaves, en passant par les affaires matrimoniales. Ils sont aussi des témoignages de la vitalité culturelle de la région et de ses habitants. Imaginez maintenant, si on couplait toutes ces informations avec celles issues du fonds Pelliot à la Bibliothèque Nationale de France…?

Pour aller plus loin

La page de la Collection Stein sur le site de la British Library, très riche en informations supplémentaires.

The International Dunhuang Project, fondé en 1994, est une collaboration internationale qui souhaite rendre accessible en ligne gratuitement les objets excavés à Dunhuang et dans d’autres sites de la Route de la soie. Conservation, restauration, catalogage, numérisation, recherche et programmes pédagogiques sont les missions de ce projet de grande envergure.

Jean-Pierre Drège, Costantino Moretti, La fabrique du lisible : la mise en texte des manuscrits de la Chine ancienne et médiévale, Paris : Collège de France, Institut des Hautes Études Chinoises, 2014.

Sarah Fraser , Performing the Visual: The Practice of Buddhist Wall Painting in China and Central Asia, 618–960 , Stanford : Stanford University Press, 2003 (notamment pour son travail sur les poncifs utilisés par les artistes pour peindre les murs des grottes et figurants aujourd’hui dans la collection).

Photo de couverture : Carte stellaire de Dunhuang, Chine, province du Gansu, VIIIe siècle, encre et couleurs sur papier, Londres, British Library (Or.8210/S.3326). photographie libre de droits.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s