La céramique buncheong, sobriété et fantaisie

En novembre dernier, Tokonoma vous avait présenté un article sur les fameux céladons coréens, appelés cheongja. Et si l’on vous disait que de cette tradition des céladons est né un nouveau type de céramiques propre à la Corée, appelé buncheong ? Celui-ci est produit pendant seulement 200 ans, à l’époque Joseon (1392-1910) entre le XVe et le XVIe siècle avec néanmoins une augmentation rapide du nombre de fours dans les provinces, reflétant une forte demande pour ces objets à l’esthétique exubérante ! 

Les premiers buncheong, tributaires des modèles du passé

Bol à couvercle avec motif de chrysanthème estampé, buncheong, dynastie Joseon, ,XVe-XVIe siècle, H. : 15cm, National Museum of Korea, image libre de droits

Avant d’entrer dans le vif du sujet, clarifions-le : qu’est-ce qu’un buncheong ? Le terme bungjang hoecheong sagi nous vient de l’historien de l’art coréen Ko Yu-seop (1905-1944) ; il se traduit par « des céramiques gris-vert décorées de poudre ». Ce sont donc des grès de couleur gris charbon, recouverts d’un engobe blanc épais, avec un décor incisé, estampé, incrusté ou peint. Puis après application d’une couverte, ils sont cuits à l’aide d’une température de grand feu (1200°C environ).

Aujourd’hui cette céramique est largement connue sous son nom abrégé, buncheong sagi ou parfois comme buncheong. Ko Yu-seop a formulé ce terme afin de classer ces grès qui partagent des similitudes avec le céladon (Cheongja) et la porcelaine (Baekja) en terme de forme, de décoration et de couverte, mais tout en possédant des caractéristiques distinctives. L’argile et la couverte du buncheong sont moins raffinées. Leur aspect est plus terreux, expérimental, rustique… mais également plus dynamique.

Vase maebyeong avec motif incrusté de dragon, buncheong, dynastie Joseon, XVe siècle, H. : 28cm, National Museum of Korea, image libre de droits.

Son principal mode décoratif est l’utilisation d’un engobe blanc, appliqué au pinceau, ou par immersion de la pièce directement dans la couverte. Lors de la première période de production, au XVe siècle, le décor est incrusté ou estampé, très proche de celui des céladons de la période Goryeo. En effet, certaines des premières productions buncheong, comme les vases maebyeong, sont directement inspirées de ces céramiques anciennes. Ce qui fait leur différence, c’est leur plus petite taille et la générosité de leurs courbes en S, rendant leurs formes si voluptueuses !

Bouteille buncheong avec motif incrusté de fleurs de lotus, et grues, Joseon dynastie, XVe siècle, Leeum, Samsung Museum of Art, Seoul, image libre de droits

Pour bien comprendre le contexte dans lequel naissent les buncheong, faisons un petit point historique ! Au début du XVe siècle, le lourd tribut payé par les Coréens aux Ming (1368-1644) provoque la raréfaction de l’or et de l’argent. L’élite se trouve dans le besoin de substituer la vaisselle métallique rituelle. Elle est donc progressivement remplacée par de la céramique : les buncheong ! Le nom des administrations auxquelles on destine les pièces est parfois inscrit, indiquant que la production buncheong est sous contrôle de l’État, qui s’assure ainsi de la qualité de la production. Dans le même temps, la production croissante de porcelaine offre une nouvelle alternative à la vaisselle en métal. C’est ainsi que dès la fin du XVe siècle, la cour se désintéresse des buncheong.

Une réappropriation par le peuple : incarnation de la fantaisie 

Mais la technique ne disparaît pas pour autant ! Désormais libéré des codes contraignants de la cour royale, le buncheong est adopté par les fours non officiels et par un plus large public, qui apprécie les motifs vivants et imaginatifs de ce style. En effet, les buncheong plus tardifs (fin XVe-début XVIe siècle) contrastent fortement avec l’esthétique sobre et conventionnelle de la production royale. Ce sont des dessins simples, relâchés, vivants et libres, incisés, incrustés ou peint au brun de fer sur fond blanc, avec des effets naturels dans le mouvement du pinceau et dans la vitesse du tracé.

Ce sont aussi des formes plus rudimentaires, plus utilitaires avec des décors aux thèmes légers tels que des poissons, des plantes, ou encore des fleurs qui sont les motifs les plus populaires. Le mouvement et la vie ont ici une présence indéniable ! Leur succès est tel que ces pièces sont produites en abondance dans les fours du mont Gyeryong au sud de la province de Chungcheong.

Bol à thé, type Mishima, période Joseon, XVIe-XVIIe siècle,  Wikimedia commons, image libre de droits

Petit à petit remplacée par la porcelaine à la fin du XVIe siècle, la tradition du buncheong prend fin avec l’invasion japonaise de la Corée entre 1592 et 1598. Lorsque les centres de production dévastés sont reconstruits au XVIIe siècle, seule la production de porcelaine reprend. Les potiers coréens déportés au Japon transmettent toutefois la technique à leurs descendants et aux artisans locaux. Ainsi naît au Japon une céramique similaire nommée mishima, utilisée lors de la cérémonie du thé. On peut donc parler de renouveau du buncheong au Japon !

La céramique buncheong, qu’elle soit la continuité du passé ou l’incarnation de la fantaisie et de l’originalité, marque un tournant dans l’histoire de la céramique coréenne ! Elle permet de saisir les goûts sophistiqués de la cour de l’époque Joseon mais aussi l’inventivité des centres de productions périphériques. Les modifications du concept et l’importance historique du buncheong ont aujourd’hui incité les chercheurs coréens à récupérer leur patrimoine culturel, devenant de ce fait un enjeu culturel national.

En savoir plus :

Image de couverture : Bouteille en forme de flacon décorée de motifs de pivoine, buncheong, fin du XVI siècle, Dynastie Joseon (1392–1910), H. : 21cm, MET.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s