Amabie, un yôkai protecteur

L’actualité nous invite plus que jamais à réinventer notre société face aux évolutions qui bousculent notre quotidien. C’est dans ce contexte qu’au Japon, une figure atypique a émergé des profondeurs du passé pour apporter un message d’espoir.

La légende d’Amabie

La première mention d’Amabie n’est pas si ancienne : elle remonte à l’année 1846, à la fin de l’époque Edo (1600-1868). La légende veut qu’une créature mystérieuse soit apparue à plusieurs reprises dans la province de Higo (préfecture de Kunamoto, île de Kyûshû). Comme la rumeur prend des proportions de plus en plus conséquentes, un représentant officiel, responsable de la ville de Kumamoto, se déplace et rencontre le fameux yôkai. La rumeur est concrétisée : cette rencontre est relatée dans le journal officiel, accompagnée d’une gravure fixant les traits de l’apparition ! L’article raconte qu’Amabie se serait présenté et aurait prédit de bonnes récoltes pour les six années à venir. En revanche, la créature aurait également annoncé l’arrivée de grandes vagues d’épidémies. Un seul remède est alors prescrit : que le malade dessine Amabie et place l’image à ses côtés !

Amabie, page de journal éditée en mai 1846, mis en ligne par l’Université de Kyôto en mars 2020, image libre de droit.

Que nous croyions au surnaturel… ou non, il s’avère que la maladie s’est effectivement abattue sur l’archipel peu de temps après. Les liens établis de force avec les populations occidentales ont confronté les Japonais à des menaces sanitaires nouvelles. C’est ainsi que l’histoire et l’image d’Amabie se sont diffusées dans tout le pays.

Amabie et les réseaux sociaux

Amabie appartient à la catégorie des yôkai. Dans le folklore japonais, les yôkai désignent un ensemble très vaste de créatures surnaturelles de toutes formes : ogres, animaux, êtres hybrides ou spectres. Tantôt terrifiants, tantôt bénéfiques, ces monstres ont habité l’imaginaire japonais pendant des siècles et y tenaient une place prépondérante ! Les contacts avec les pensées rationalistes de l’Occident, faibles au XVIIème siècle, plus marqués dès la moitié du XIXème siècle, tendent à faire disparaître ces manifestations du champ culturel japonais.

Amabie, Shigeru Mizuki, 2008, ©Mizuki Production

Ils connaissent malgré tout un vif renouveau depuis quelques décennies. Les manga, adaptés par la suite en anime, permettent de diffuser la kyrielle de yôkai issus du folklore auprès d’un public mondial, notamment composé d’enfants.

Mais jusque-là, Amabie était demeuré dans les brumes de l’oubli. La bibliothèque de l’Université de Kyôto réactive son histoire et son originalité en postant sur Twitter le 6 mars dernier une page du journal de 1846 (ci-dessus). Son succès est immédiat ! Le Ministère japonais de la Santé, du Travail et du Bien-être a même posté un tweet au début du mois d’avril, adjoignant à l’image d’Amabie l’injonction de prévenir la diffusion du virus. L’une des principales sources d’inspiration réside dans l’interprétation faite par le grand mangaka Mizuki Shigeru du monstre pour illustrer son Dictionnaire des monstres japonais. La frénésie « Amabie » dépasse même largement les frontières du Japon, les internautes diffusent l’image sur les réseaux sociaux et se réapproprient l’image d’Amabie. Sur Instagram, le #amabie a été identifié 16 000 fois comme l’illustre la publication ci-dessous ! Plusieurs journaux étrangers dédient un article à ce yôkai guérisseur : The New Yorker (9 Avril) ou BBC (23 Avril) pour ne citer que deux exemples.

Chez Tokonoma magazine, nous souhaitons la meilleure santé possible à tous nos lecteurs. C’est pourquoi nous avons eu à coeur de collecter quelques portraits d’Amabie pour mettre toutes les chances du côté de la santé ! Nous espérons qu’elles vous protègeront en cette période sensible et charnière.

Interprétation d’Amabie, Mathilde Rétif (gauche), Johanna Cozzolino (droite)

Pour en savoir plus :

Un exemple d’Amabie challenge sur le site officiel de Diane Pernet : https://ashadedviewonfashion.com/2020/04/14/from-japan-a-mascot-for-the-pandemic-by-matt-alt-the-new-yorker/

Mizuki, Shigeru, Yôkai. Dictionnaire des monstres japonais, 2008, Pika éditions

Image de couverture : Amabie par Clémence Trossevin, @clemence_trossevin

Et voici quelques images du #amabiechallenge sur Instagram !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s