Maruyama Ōkyo, la peinture japonaise à la lumière occidentale

Au XVIIème siècle, deux civilisations millénaires, le Japon et l’Europe sont pour la première fois réellement confrontées l’une à l’autre. De cette rencontre naîssent différents styles hybrides  influencés par les deux traditions picturales. Aujourd’hui, nous vous emmenons à la rencontre de Maruyama Ōkyo, fondateur de l’école Maruyama Shijo ! 

Le Nouvel An est une œuvre du peintre japonais Maruyama Ōkyo, au XVIIIe siècle. Rouleau portatif, couleurs sur soie, H.: 28 centimètres. Cette peinture est conservée au Tokugawa Reimeikai (Musée d’Art Tokugawa) à Tokyo. Image libre de droits

Une formation classique

Maruyama Ōkyo est né en 1733 près de Kyoto, il entre en apprentissage chez un peintre de l’école Kanō, une école de peinture traditionnelle japonaise, dès ses 6 ou 7 ans. Il est bon élève, on a même ses premières copies de peintures, sorte de devoirs de l’époque !

La curiosité pour l’Europe

Maruyama Ōkyo, bien que très doué dans la technique japonaise traditionnelle veut produire quelque chose de différent. Il se met à consulter de nombreuses gravures chinoises et hollandaises, autorisées au Japon depuis 1720. Il se prend aussi de passion pour les megane-e, de grosses boîtes en bois qui permettent avec une lentille et un miroir de voir l’image comme si on y était. C’est un peu les lunettes 3D de l’époque ! Il produit alors des estampes en utilisant la perspective occidentale, comme ci-dessous.
Maruyama Ōkyo, v. 1759. Theatre de Kabuki, à Sijō, Kyoto L. 21.0 x H 16.3 cm. Xylographie coloriée, image libre de droit
Mais la passion du peintre pour l’Occident va plus loin encore. Grâce aux études hollandaises qu’il a observées, il décide de fonder l’école du shasei-ga. Le principe ? Une nouvelle peinture japonaise alimentée d’éléments européens et chinois.

La reprise des thèmes chinois

Bien que Maruyama Ōkyo soit très attaché aux thèmes classiques de la peinture japonaise, comme les grues, il remet au goût du jour la peinture de fleurs et d’oiseaux chinoise, notamment avec ses paons et pivoines, qu’il a représentés plusieurs dizaines de fois ! Ce qui est remarquable dans ses représentations, c’est qu’il y a une attention au détail inédite, si vous regardez le corps du paon, vous pourrez voir les plumes dessinées une par une. Vous imaginez le temps qu’il lui a fallu ?
Paon et pivoines, Maruyama Ōkyo, 1781, encres et couleurs sur soie, 86 x 132 cm, Miho Museum, Shiga, Japon. Image libre de droits.

L’innovation technique de la perspective

Le très grand souci du détail n’est pas la seule chose que le peintre puise dans la peinture européenne, il invente grâce à la perspective représentée dans les gravures hollandaises son propre système de perpective : la représentation à point focal unique. Plutôt que de représenter les arbres à la japonaise, il situe en général au milieu du tableau son point focal, autrement dit l’arbre comme si vous le fixiez en ce point précis, puis développe les branches autour avec ce point pour centre. Ainsi, il crée des représentations d’une grande profondeur. Dit comme ça, cela vous semble peut-être un peu compliqué. Mais si en regardant Les pins sous la neige en question, vous avez aussi l’impression que l’arbre sort presque en relief de la peinture, alors vous avez compris la perspective à point focal unique!
Maruyama Ōkyo, 1766 (ou 1781-1789 ?). Pins sous la neige. Encre, couleurs et poudre d’or sur papier. Paravent gauche, 155,5 x 362 cm. Mitsui Memorial Museum. Tokyo, image libre de droits.
Bien que rejeté par les écoles de peinture de son époque, l’originalité des idées de Maruyama Ōkyo lui a permis de marquer son temps, et lui a attiré de nombreux élèves dont Matsumura Goshun qui fonde en son nom l’école Maruyama Shijo.

Pour aller plus loin :

Lineage of eccentrics, Nobuo Tsuji, éditions Kaikai Kiki

– Le Japon, Hazan, Rossella Menegazzo

Image de couverture :
Grues, 1772. Paravent gauche, d’une paire de paravents à 6 feuilles. Encre, couleurs et or sur papier, 170.82 x 349.89 x 1.91 cm. chaque. LACMA (image libre de droits)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s