Le Lustre révélé des porcelaines Ming

Cet été, le musée de Shanghai propose une exposition présentant les dernières recherches et découvertes sur la porcelaine de 1436 à 1464, période dite interrègne. Fruit d’une collaboration entre plusieurs musées, cette exposition donne au public l’occasion de découvrir des oeuvres exceptionnelles mais aussi le résultat des dernières fouilles archéologiques à Jingdezhen. Suivez-nous, on vous en dit plus !

Zhengtong, Jingtai, Tianshun : des empereurs laissés pour compte

Rare porcelaine portant la marque de l’empereur Tianshun, Musée de Wuhan, Chine

Appelée Interrègne, la période couvrant les règnes des trois empereurs Zhengtong, Jingtai et Tianshun est présentée comme une période de creux entre les règnes brillants de Xuande (r. 1425-1435) et Chenghua (r. 1464-1487). Elle est en effet marquée par des tourments politiques. Il en résulte que les porcelaines impériales de cette période sont peu, voire pas du tout marquées, rendant leur attribution difficile. C’est sur ce point que des recherches récentes ont été menées et ont mis en lumière un nouveau corpus d’oeuvres.

Mais en fait, qu’est-ce qu’une marque ? Une marque est un ensemble de caractères inscrits sous le pied d’une porcelaine qui peut donner le règne durant lequel l’oeuvre a été réalisée et peut permettre de l’identifier comme une production des fours impériaux. Les caractères peuvent être circonscrits dans un rond ou un double carré. Chaque époque et chaque four possède une marque qui lui est propre.

Les fouilles archéologiques des fours civils et impériaux de Jingdezhen

L’exposition met en lumière les dernières fouilles effectuées à Jingdezhen, Jiangxi, ville réputée pour la production de sa porcelaine de part la présence de kaolin dans le sol. C’est à Jingdezhen que se trouvent les fours impériaux et que sont réalisées les plus belles pièces de porcelaine. Les fouilles archéologiques réalisées en 2014 ont mis à jour quelques 170 pièces et tessons. Elles ont permis d’attester et de mieux connaître la diversité et la richesse de la production des règnes de Zhengtong, Jingtai et Tianshun, auparavant reléguée au second plan.

Aiguière à décor de dragons dans les nuées, dynastie Ming, règne de Zhengtong ou Tianshun, excavée dans les fours impériaux de Jingdezhen, Institut de recherche archéologique sur la céramique, Jingdezhen

Outre les fours impériaux, Jingdezhen possède également des fours dédiés à la production de céramique populaire – dont celle dédiée à l’élite lettrée. Les vestiges de ces fours apportent des points de comparaisons afin de constituer le corpus de pièces impériales.

Il en va de même pour des porcelaines découvertes en contexte funéraire. En comparant leurs décors et leurs formes, elles ont également permis d‘identifier des pièces impériales. Certaines œuvres, par la finesse et la beauté de leur décor, n’ont rien à envier aux porcelaines impériales. Un ensemble de trois pièces retrouvées en 1974 dans la tombe de la famille Wangxi, à Pingwu au Sichuan, est présenté pour la première fois en dehors du site archéologique et est un parfait exemple du savoir-faire des fours civils.

Par ailleurs, le régime politique de la dynastie Ming comporte une particularité ayant permis de localiser plus de pièces sorties des fours impériaux. En effet, le fondateur de la dynastie, Zhu Yuanzhang, nom de règne Hongwu (r. 1368-1398), a placé ses vingt-trois frères à la tête des différentes provinces du pays afin de s’assurer la loyauté du peuple. Il est vraisemblable, selon les conservateurs en charge de l’exposition, qu’en échange ils aient été récompensés – ainsi que leurs descendants – par des porcelaines impériales. Certaines de ces pièces ont été retrouvées lors de fouilles archéologiques apportant de nouveaux points d’éclairages sur la porcelaine de l’interrègne.

Cette exposition met en lumière les dernières découvertes archéologiques concernant la production impériale des règnes de Zhengtong à Tianshun. Grâce aux vestiges des fours civils et aux découvertes archéologiques, l’exposition révèle la richesse et la diversité des porcelaines impériales de cet interrègne, une période longtemps peu connue et négligée par manque d’objets.

Pour aller plus loin

Toutes les informations sur l’exposition « Lustre Revealed: Mid-Fifteenth Century Jingdezhen Porcelain Wares » sur le site du Musée de Shanghai.

Shanghai Museum, Lustre Revealed: Mid-Fifteenth Century Jingdezhen Porcelain Wares, catalogue d’exposition.

Jessica Harrison-Hall, Ming porcelain in the British Museum, British Museum Press, 2001, 672p.

Image de couverture : Aiguière en porcelaine bleu et blanc à décor de dragons, dynastie Ming, règne de Zhengtong à Tianshun, excavée de la tombe d’un eunuque à Chengdu, Musée du Sichuan.

Crédits photographiques : Camille Despré

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s