L’époque Momoyama : l’unification du Japon

Oda_Nobunaga_Pap
Nobunaga Oda, avant 1850, auteur inconnu, Wikimedia Commons, source : Papinot

Cette période de l’histoire du Japon est aussi baptisée « époque Azuchi-Momoyama » et s’étend de 1573 à 1603. Ces appellations viennent des deux grands châteaux qui ont été construits par deux dirigeants (Oda et Toyotomi) ; Azuchi construit non loin du lac Biwa, et Fushimi construit sur la colline Momoyama, au sud de Kyoto. En effet, entre les années 1573 et 1582 règne Nobunaga Oda (1534 – 1582), l’un des trois grands personnages de l’histoire japonaise à avoir tenté d’unifier le pays. Puis vient sont successeur, Toyotomi Hideyoshi (1536 – 1598), qui entre 1582 et 1598 s’est lancé dans la même entreprise. Aucun d’eux n’a finalement pu y arriver. C’est au terme de la grande guerre de Sekigahara, en 1603, que Ieyasu Tokugawa réussit à unifier les différents clans sous une même bannière, celle du Japon, déplaçant la capitale à Edo (actuelle Tokyo).

Une nouvelle politique a permis de centraliser le pouvoir à Kyoto pendant près de 30 ans. C’est durant cette période que le commerce est rendu libre et que les premières monnaies voient le jour, par l’exploitation de différentes mines. Succédant aux grandes guerres de pouvoir, les deux dirigeants ont également modifié les arts sont alors empreints de grandeur et de majesté.

Les architectures Azuchi-Momoyama

azuchi
Estampe montrant la château Azuchi, auteur inconnu, Wikimedia commons

Parmi les multiples palais construits durant cette période, les châteaux des chefs Nobunaga Oda et Toyotomi Hideyoshi restent parmi les plus célèbres.

Le château Azuchi avait la particularité d’être à la fois une forteresse de guerre et un palais impérial. La construction allie donc austérité extérieure et décoration majestueuse à l’intérieur. On y trouvait notamment un donjon haut de 5 étages et diverses cours intérieures. Elle a été construite en roche et en bois mais  n’a cependant pas survécu à l’attaque de 1538 par Mitsuhide Akechi après que Nobunaga soit mort au combat. Sur le mont Azuchi ne subsistent aujourd’hui que des ruines. Une réplique a été construite dans le parc d’attraction non loin d’Ise et un simili du donjon peut être vu au musée Nobunaga no Yataka ! Le château de Fushimi qui s’élève sur la colline Momoyama est aussi une réplique en béton, construite en 1964 pour un parc d’attraction. Il était souvent visité et servait même de musée jusqu’à la fermeture du complexe en 2003 !

Fushimi_momoyaja_jyou_04
Château Fushimi sur la colline Momoyama, Wikimedia Commons, photo prise par une personne anonyme

Bien qu’il soit impossible de contempler l’intérieur de ces constructions, de nombreux textes et photos d’archives permettent d’entrevoir la majesté de leur décoration !

 

Peinture et céramiques

FushimijoChashitsu
Reconstitution du salon de thé doré du château Fushimi, Momoyama, Kyoto, Wikimedia commons, photo de Fg2

Parmi les témoignages de l’art Azuchi-Momoyama qui nous sont parvenus, le salon de thé doré du château Fushimi est l’un des plus beaux. Il s’agit malheureusement d’une réplique qui n’est plus visible de nos jours… De nombreuses reconstitutions de ce salon ont été conçues, comme celles visibles au château d’Osaka ou encore au Museum of Art de Shizuoka. Cet espace permettait au propriétaire de montrer sa puissance à ses invités et ses sujets. Toyotomi Hideyoshi était ainsi tellement fier de son salon doré qu’il a été représenté sur une estampe par Mitsunobu Kano, l’un des maîtres de l’école Kano.

Les artistes de cette école étaient les plus sollicités par les dirigeants de la période Azuchi-Momoyama. Ils ont peint de nombreux paravents et fusuma (portes-cloisons) des châteaux évoqués plus tôt. Ces peintures luxueuses étaient surtout une façon de se démarquer des autres, le goût de l’époque se tournant vers la simplicité. Ceci est visible avec la cérémonie du thé et les céramiques qui y sont liées. Hormis la vaisselle du salon de thé doré de Fushimi, on appréciait ce breuvage dans des raku sobres mais variés.

 

La période Azuchi-Momoyama n’a duré au final qu’une trentaine d’années, mais dont les plus beaux bâtiments peuvent  encore être  admirés de nos jours sous forme de répliques. L’école Kano qui s’est développée sous Nobunaga Oda et Toyotomi Hideyoshi a fini par être reconnue comme l’une des plus importantes du Japon médiéval. Le raku continue d’être une technique utilisée de nos jours et le kabuki conserve toujours ses traits de noblesse. La période Momoyama a certes pris fin, mais son influence s’exerce encore de nos jours dans les arts.

Pour en savoir plus :

Image à la une : Château Fushimi sur la colline Momoyama, Wikimedia Commons, photo prise par une personne anonyme

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s