La période Fujiwara, l’ascension d’un clan

Bien que la famille impériale conserve son prestige de par son rôle politique et son influence, le clan des Fujiwara assure son emprise sur le pouvoir grâce à une politique matrimoniale. C’est-à-dire en mariant une de ses filles à l’héritier du trône. De ce mariage naît un fils, éduqué dans la famille de sa mère. Les Fujiwara poussent alors l’empereur à abdiquer en faveur de ce jeune fils, dont la mère désigne alors un régent, de son clan donc, les Fujiwara, si vous suivez toujours ! 

Popularité des récits vernaculaires

Cette période voit l’apparition des récits les plus emblématiques, marquant la culture et l’imaginaire japonais, encore de nos jours. Le Genji monogatari ou Dit du Genji, en est l’un des plus fameux. Ce dernier, attribué à dame Murazaki Shikibu et rédigé vers 1005, relate les aventures amoureuses du prince Hikaru Genji et de son fils Kaoru. Ces récits, ou monogatari, alternent des passages en prose avec de la poésie.

L_C0036905
Boîte à cosmétiques (Tebako), XIIe siècle, laque avec incrustations d’or et de nacre, 22,4 x 30,6 x 13,5 cm, Musée national de Tōkyō, H4282 (trésor national). Source image: Musée national de Tôkyô.

De plus, ces textes – et les peintures les illustrant – constituent un témoignage important de la vie de cour, ses coutumes, ses codes et son contexte matériel. Par exemple, dans le Taketori Monogatari (Le récit du coupeur de bambous) rédigé à la fin du IXe siècle, apparaît le terme de maki-e (« peinture parsemée ») pour désigner des décors d’or sur laque. Bien que la laque existe durant les époques précédentes, c’est dans ce texte que se trouve désignée, pour la première fois, cette technique particulière élaborée au Japon. Durant la période Heian, les artisans laqueurs développent de nouveaux procédés décoratifs rivalisant de raffinement, incorporant l’or et l’argent, et parfois la nacre (maki-e raden). Le laque est largement employé dans le domaine religieux, mais il s’impose également dans le monde profane sous la forme de coffrets de toilette, d’écritoires, de tables ou encore de plateaux.

 

Le culte du bouddha de la Terre pure de l’Ouest : Amida

hell
Récit des Enfers bouddhiques (Jigoku zōshi), XIIe siècle, encre et couleurs sur papier, rouleau horizontal, 26,5 x 454,7 cm, Musée national de Nara, 644-0 (trésor national). Source image: Musée national de Nara.

Genshin (942-1017), moine de l’école Tendai, propage le culte dédié au Bouddha Amida, l’amidisme, dont la simplicité de pratique sert sa popularité : avoir une foi inébranlable et répéter son nom inlassablement. Il rédige en 985 une description précise des tourments des Enfers (Ōjōyōshū ou Recueil de l’essentiel pour s’en aller renaître [dans la Terre pure]) dont les illustrations murales ou sur rouleaux servent à des fins didactiques. Commentées par les moines pour les fidèles, elles sont des moyens persuasifs de conversion.

800px-Byodoin_Phoenix_Hall_Uji_10-1R
Hall du phénix, 1059, Byōdō-in, Uji, Préfecture de Kyōto. Source photo : Wikipédia.

Le fidèle amidiste va ainsi voir son âme récupérée par Amida lui-même et le mener à son paradis, qui, selon les sūtra, est constitué de palais célestes et de jardins habités de bodhisattva et de divinités musiciennes. Ces palais célestes se reflètent dans des étangs aux lotus, dans lesquels les fidèles renaissent. La noblesse japonaise s’identifie aisément à cette vision féérique, qu’elle juge miroir de son raffinement et de sa culture. L’amidisme bénéficie du patronage du clan Fujiwara, dont l’une des anciennes résidences d’été, le Byōdō-in à Uji, fut transformée en un temple dédié à Amida. De plan en « U », l’édifice se reflète dans l’étang au bord duquel il est érigé ;un paradis terrestre en somme ! Il abrite une statue d’Amida, entièrement couverte de feuille d’or, réalisée par le sculpteur Jōchō (mort en 1057). Celui-ci met au point un nouveau type de montage des sculptures : des pièces de bois sont débitées et sculptées séparément, puis assemblées. Ce procédé est appelé yosegizukuri. L’emploi de blocs de bois se généralise, de plusieurs à un seul (ichibokuzukuri), et tend à se substituer aux sculptures en laque et en terre séchée élaborées durant l’époque Nara. Si la statue d’Amida par Jōchō présente une apparence simple, dans la continuité de la période précédente, une profusion des ornements et des détails caractérise la production de la fin de la période. Cette richesse du décor et des couleurs s’observe également à la même époque dans la peinture religieuse, agrémentée d’applications d’or.

 

Ainsi, l’époque de Heian représente un âge d’or classique dans la culture japonaise. Pourtant, cette émulation artistique touche principalement une minorité de la population : les aristocrates, qui patronnent les temples et les productions artistiques. La réalité dans les différentes régions du pays est autre… Dès le Xe siècle émerge une classe d’hommes armés se mettant au service des gouverneurs de province, des riches propriétaires ou des monastères afin de les protéger, reflétant l’instabilité régnante. Dans ce contexte, les clans Taira et Minamoto prennent progressivement de l’importance, aboutissant à de sanglants affrontements desquels les Minamoto sortent vainqueurs, établissant leur nouvelle capitale à Kamakura… Suite au prochain épisode !

 

En savoir plus :

  • Reischauer, Edwin O., Histoire du Japon et des Japonais : Des origines à 1945, Paris, Editions du Seuil, 1997.
  • Shimizu, Christine, L’art japonais, Paris, Flammarion, 2014.

 

Image de couverture : Rouleau du Dit du Genji (Genji monogatari emaki), XIIe siècle, encre et couleurs sur papier, rouleau horizontal, Musée d’art Tokugawa, Nagoya. Source image: Musée d’art de Tokugawa.

2 commentaires Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s