L’époque de Heian, affirmation d’une esthétique japonaise

L’époque de Heian (794-1185) se caractérise par l’émergence d’un art proprement japonais. Celui-ci, bien sûr, existe préalablement, toutefois les échanges avec ses proches voisins apportent diverses influences dans différents domaines (religion, urbanisme, architecture, modèle administratif, etc). Cependant, le déclin de la dynastie chinoise des Tang (618-907), en plus de l’organisation et du coût des ambassades envoyées sur le continent, amènent un terme à celles-ci officiellement en 894. L’archipel se replie sur lui-même… Ainsi maturent les influences reçues durant les époques précédentes en parallèle de l’émergence d’une volonté d’affirmation d’une identité artistique nationale.

La période doit son nom à la nouvelle capitale établie en 791 à Heiankyô (littéralement capitale de la paix et de la tranquillité) et actuelle Kyôto. On peut séparer la période en deux avec, de 794 à 894, l’époque de Heiankyô, et de 894 à 1185, celle du clan des Fujiwara. Commençons par la première!

Émergence d’une écriture japonaise

M_C0019220
Anthologie de Poèmes « Kokin Waka Shu », XIIe siècle, Musée national de Tôkyô, B2814 (trésor national).

C’est à cette époque que se développe un syllabaire japonais appelés kana se basant sur une transcription phonétique des caractères chinois. Ceux-ci étant largement employés par les hommes pour les textes officiels et les annales historiques, ce sont donc les femmes qui vont majoritairement participer à la formation de ce système d’écriture, cursif et phonétique. Elles sont également les actrices du développement de nouvelles formes littéraires japonaises, l’étude des textes chinois étant réservée aux hommes. Ainsi se développent à la cour les romans, les journaux intimes, les monogatari – alternance de proses et de poèmes – une correspondance raffinée, une calligraphie japonaise et une poésie. Les joutes poétiques, uta awase, rencontrent un succès particulier, devenant même un facteur d’élévation sociale !

Ces nouvelles sources littéraires vont s’implanter dans les arts, devenant des thèmes et des motifs de la peinture sur rouleaux, emakimono, mais aussi sur les paravents et les cloisons de l’habitat japonais et donc définissant l’intérieur japonais lui-même. Ainsi, une peinture japonaise appelée yamato-e (du nom désignant la région de Kyôto-Nara) émerge, elle se définie par ses thèmes mais aussi par une stylistique indépendante du modèle chinois – dont la peinture est alors désignée par le terme de kara-e.

Heian paravent
Paravent à décor de paysage, XIe siècle, couleurs sur soie, six feuilles chacune mesurant 146×42 cm, Musée national de Kyôto, AK227 (trésor national).

Émergence de nouvelles sectes bouddhistes

Toji
Mandala sculpté, IXe siècle, Kodo du temple Toji, Kyôto. Source photo: Temple To-ji

Le choix d’une nouvelle capitale a également eu une raison politique : contrer le pouvoir grandissant des grands temples bouddhiques à Nara. On observe également dès le VIIIe siècle une fusion des cultes shintô et bouddhiste. Les dieux shintô deviennent des formes d’apparition des bouddha ou des bodhisattva. Ainsi, différentes sectes et branches du bouddhisme ésotérique (mikkyô) émergent dans le pays, dont deux sectes qui obtiennent un certain succès auprès de l’aristocratie : Tendai (du nom du mont Tiantai en Chine) et Shingon (du nom de la secte chinoise de la Vrai Parole, Zhenyan). Leurs fondateurs respectifs, les moines Saichô (767-822) et Kûkai (774-835) ont tous deux eu l’opportunité de partir se former en Chine, bénéficiant du soutien impérial. Si le premier prône l’universalité du salut à travers ses mérites personnels, le deuxième met en avant l’importance et le respect de pratiques ésotériques. Ces rites secrets se manifestent notamment à travers les mandala. Ceux-ci peuvent être sous forme de peintures ou de sculptures, à l’exemple du mandala sculpté du temple Toji à Kyôto et dont une réplique se trouve au musée Guimet, longtemps exposé à l’hôtel d’Heidelbach !

Afin d’accumuler des mérites pour une meilleure renaissance, les moines recommandent aux fidèles de copier ou de faire copier des passages ou la totalité du Sutra du Lotus. Il connaît un engouement particulier car il intègre toutes les classes sociales sans distinction, et mêmes les femmes !  Une fois copié, le texte est offert aux temples ou enterré dans des récipients. A la cour, une production de sûtra enluminés avec de l’or ou de l’argent témoigne de l’intérêt qu’il y provoque, ainsi que du faste des classes aisées.

c023910
Daichidoron, commentaire sur le Sûtra du Lotus du temple Jingo-ji, XIIe siècle, or et argent sur papier, Musée national de Kyôto, BK101 (trésor national).

 

Ainsi, le début de la période Heian est marqué par une volonté politique de tenir le pouvoir religieux à distance des sphères du pouvoir, séparation que l’on observe à travers le plan urbain de la nouvelle capitale Heiankyo. Toutefois, les nouvelles écoles bouddhistes prospèrent avec des moines partant sur le continent à la recherche d’un enseignement plus véridique. Cette première période s’achève sur un arrêt des ambassades impériales, bien que cela n’empêche pas les allées et venues de moines vers la Chine, et sur la montée en puissance d’un clan : les Fujiwara.

En savoir plus :

  • Reischauer, Edwin O., Histoire du Japon et des Japonais : Des origines à 1945, Paris, Editions du Seuil, 1997 (1973).
  • Shimizu, Christine, L’art japonais, Paris, Flammarion, 2014 (2001).

 

Pour en savoir plus sur le Bouddhisme à l’époque de Heian voir l’article de David Pujos.

Pour en savoir plus sur l’exposition sur Emile Guimet et  la reproduction du mandala du Toji.

Image de couverture: Mandala des deux mondes, 859-880, rouleau vertical, encre et couleurs sur soie, 183,6×164,2 cm, Sai-in, Tôji, Kyôto. Source image : Wikicommons.

 

 

3 commentaires Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s