Paul Pelliot, « Prince des sinologues »

Né à Saint-Mandé en 1878 et mort en 1945, Paul Pelliot est l’un des linguistes, philologues et sinologues majeurs du XXe siècle ! Archéologue, historien ou encore professeur au Collège de France, il fut également conservateur du musée d’Ennery.

Membre de l’Ecole française d’Extrême-Orient, il prend vite conscience des limites de la sinologie occidentale, trop éloignée des sources directes pour être tout à fait pertinente. A cela s’opposent les recherches des lettrés chinois qui eux ont selon lui une approche trop ethnocentrée, ne prenant pas en compte l’immensité du territoire qui a évolué sous l’influence de l’empire chinois. Aussi, si son point de départ est l’étude des productions artistiques chinoises, Pelliot, conscient de l’importance des transferts culturels, étend rapidement son approche à l’Asie centrale, au Tibet ou encore au Vietnam. Fort de sa connaissance de treize langues, il peut croiser les sources de différentes civilisations pour mieux en étudier l’histoire.

10-539509
Paul Pelliot dans la grotte aux manuscrits de Dunhuang, photographie de Charles Nouette, 1908/  (C) MNAAG, Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image musée Guimet

La mission la plus célèbre de Pelliot a lieu de 1906 à 1908 et s’achève par la consécration de sa carrière et de sa méthode d’étude. Il séjourne en mars 1908 dans la province du Gansu, dans l’ouest chinois, où il rencontre un ermite taoïste peu scrupuleux, Wang Yuanlu. Ce dernier avait, quelques années auparavant, découvert ce que l’on a appelé la « grotte bibliothèque » de Dunhuang. Sur ce site ont été creusés dans la falaise depuis le IVe siècle près de cinq cents sanctuaires bouddhiques ornés de fresques et de statues. L’une de ces grottes, dont l’entrée était cachée, conservait plusieurs dizaines de milliers de manuscrits accumulés jadis. « L’abbé Wang » avait dilapidé une partie de ce trésor auprès de fonctionnaires locaux pour s’attirer leurs faveurs, et avait déjà dévoilé la cachette à l’explorateur britannique Aurel Stein qui fut le premier Occidental à mettre la main sur le fond. Une autre part est achetée par Paul Pelliot, qui grâce à ses connaissances et son don pour les langues peut sélectionner des pièces de la plus grande qualité. Celles-ci constituent aujourd’hui une partie du fond de la Bibliothèque nationale de France et du musée Guimet à Paris. La valeur inestimable du contenu de la grotte s’ébruita vite en dépit des précautions de Pelliot, qui écrit :

« Les Chinois n’ont témoigné que peu d’intérêt aux découvertes du Wang tao, et ne peuvent rien dire contre les cessions qui nous ont été consenties. Toutefois il me paraît inutile de risquer de trop attirer leur attention pour le moment. »

Des missions russes, anglaises, américaines ou encore japonaises se succèdent à Dunhuang, jusqu’à ce que les intellectuels chinois eux-mêmes se rendent sur place et prennent conscience de la nécessité de sauvegarder ce patrimoine.

L’apport immense de Pelliot aux fonds d’art asiatique français et à la sinologie ne se limite pas à ces textes et mérite d’être connu. Il est en effet le premier à s’intéresser à l’étude des fresques des grottes de Dunhuang dont il relève les inscriptions aux noms des donateurs, capitales aujourd’hui car beaucoup sont devenues illisibles. Son activité d’archéologue est importante également, ses fouilles à Tumshuq, au Turkestan, lui ont permis de mettre à jour de nombreuses statues et fresques bouddhiques désormais exposées au Musée Guimet.

Personnage majeur de l’histoire de la sinologie française, Paul Pelliot épouse un large éventail de disciplines qui lui ont valu le surnom de « Prince des sinologues » !

 

Sources :

  • Notice de l’INHA : Pelliot Paul, par Adrien Bossart (2014)
  • Guide des collections du Musée national des Arts asiatiques Guimet, ouvrage collectif (Paris, éditions Artlys, 2012)

 

Image à la une: Dunhuang, grotte 66, autel de la grotte / (C) MNAAG, Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image musée Guimet

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s