Rashômon ou les multiples facettes de la vérité

Rashômon est un film réalisé en 1950 par Akira Kurosawa (réalisateur entre autres de « Les Sept Samouraïs », 1954), et qui se base sur la nouvelle de Ryunosuke Akutagawa (1892-1927) : « Dans le fourré », publié en 1922 dans l’ouvrage « Rashômon » qui réunit plusieurs récits de l’auteur. Le film a été nommé au Festival du Film de Venise en 1951, où il a remporté le Lion d’or.

Rashômon 3

Quelque part au Japon, un jour de pluie torrentielle, trois personnages se retrouvent à l’abri d’une porte monumentale en ruine, Rashômon (羅生門) ou la porte de Rashô. Le troisième arrivé rejoint les deux premiers – un prêtre et un bûcheron – qui ont témoigné le jour même dans une affaire de meurtre, et dont le jugement vient d’être rendu. Intrigué par leurs réactions horrifiées, le nouveau venu écoute leur histoire en attendant que la pluie passe, et nous avec lui.

Commence alors un récit dans le récit, où quatre points de vue différents – celui d’une dame, de son époux assassiné (oui, vous avez bien lu !), d’un bandit et du bûcheron – s’enchaînent, chacun ayant sa propre version de l’histoire, teintée par leur perception des faits.

Tout au long du récit on est tour à tour mis à Rashômon 2la place du juge, à la première personne, écoutant les différentes parties ; et celle de spectateur du récit de chacun, à la troisième personne, introduit comme des flash-back. Toutefois tous se contredisent : aucun témoignage ne se ressemble mais ils contribuent plutôt à complexifier l’histoire.

Entre abus, honte, rage, égoïsme, ressentiment, mépris, lâcheté, notre compréhension se brouille. Les protagonistes nous donnent tour à tour une version défendant la manière dont ils souhaitent paraître et chaque discours est influencé par les conditions sociales respectives de chacun. En essayant de démêler le vrai du faux on se perd : qui est coupable et qui est victime ? Comment est morte la victime ? Pour quelle raison ? Peut-être saurez-vous nous en dire plus après un visionnage du film que l’on vous plus que recommande…

Rashômon 4

Ce film a marqué par la suite des générations de réalisateurs au Japon, mais également à l’étranger en raison de son concept narratif : la subjectivité des témoins aboutit à différentes versions d’une même vérité. On parle aujourd’hui, dans le vocabulaire cinématographique mais aussi courant, d’« effet Rashômon ».

Pour en savoir plus :

Vous pouvez voir la bande annonce en VOSTFR, ainsi que les séances disponibles sur Allociné.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s